Pierre Montant - Photographie (s)

Au cours de mon adolescence, un Nikon avec deux objectifs, de 24 et 50 mm m'avaient été offerts, j'ai dû utiliser l'appareil à peu près deux ans. Je développais en noir et blanc exclusivement, avec un Durst (un agrandisseur). C'était ludique, non dénué de romantisme, j'aimais cette activité.
Pris par diverses autres (pré)occupations, pendant trente ans environ je n'ai fait que quelques images ici ou là, au compact, au téléphone portable, avec ce que j'avais à disposition comme matériel.
Sur le tard en 2013 j'ai acheté mon premier reflex numérique.
Cinéphile, passionné d'image fixe en parallèle, et de plusieurs genres photographiques et photographes - au premier rang desquels ceux de la street photo et du photojournalisme - la place de simple passant ou spectateur assistant (à un film aussi beau soit-il, à une scène de la vie quotidienne) ne me comblait pas tout à fait. 
Si la nécessité dans la grande ville ou ailleurs, de renouveler son regard sur les choses et sur le monde peut se manifester, pile ce qui m'est arrivé, peut aussi émerger le désir de conserver la mémoire de ce qu'on observe.
Me rassembler en quelque sorte, tenter de faire coïncider ma subjectivité et un Autre - quel qu'il soit - pourrait résumer la raison pour laquelle je shoote dans ce chaos qu'est le monde.
Le quotidien ayant un pouvoir oxydant sur le regard pour peu qu'on n'y fasse pas très attention, il fallait que je me surprenne, en somme, que je me dépoussière la rétine, et trouve un fil.
Nul besoin de partir loin : la photo me fait voyager sur place.
J'utilise la plupart du temps deux ou trois focales fixes...

As a teenager, I received a Nikon EM with two lenses, a 24 mm and a 50 mm. I probably used this camera for two years. I used to develop photos exclusively in black in white, with a Durst enlarger.
It was fun, with a touch of romanticism, I enyoyed it. Other various (pre)occupations kept me busy and, for 30 years or so, I took only a few pictures here and there, with a point & shoot camera, with my smart phone, with what I had on hand. It was only in 2013 that I purchased my first digital SLR camera.
Being a movie lover, passionate for still pictures and for various sorts of photography and photographers - street photography and photojournalism being number one - being a simple passerby or lost in the audience (of a movie, no matter how beautiful it is, or of a scene of everyday life) was not totally fulfilling me. The need to renew one's look at things and at the world in general comes up in big cities or elsewhere. It happened to me.
It can also come from the desire to capture and preserve things we observe in the world. Sort of getting myself together, trying to make my subjectivity and an Other - whatever it is - coincide, could sum up the reason why I shoot the chaos of our world. Routine can have a corrosive power on how we look at things if we don't remain a bit focused. I had to look deep inside myself and dust off my retinas to find a through-line.
No need to travel far away : taking pictures makes me travel on the spot !
Most of the time I use 2 or 3 single-focal lenses.



Top